Christophe Gaultier, Jean-David Morvan, Sylvain Ricard Guerres civiles, T1

(Pas d'évaluations)
Vous devez être connecté

Intégrer ce titre

À votre blog (Flash) : À votre site (iframe) : Besoin d'aide ?

Acheter la version papier :

Acheter sur Amazon.fr

Guerres civiles, T1

Guerres civiles, T1

La guerre au quotidien
Jean-David Morvan et sa compagne rejoignent Paris en voiture pour déposer un éditeur japonais à son ambassade. Là, ils rejoignent Sylvain Ricard, dont l’appartement a été pillé.
Mais le pire reste à découvrir, l’armée qui boucle des quartiers, la violence et la peur qui règnent… Nos protagonistes sont confrontés à la mort.

Plongés dans ce monde terrifiant, Jean-David Morvan, Sylvain Ricard et Christophe Gaultier n’hésitent pas à se montrer à nous avec leurs qualités comme avec leurs faiblesses. La force de cette histoire alternative (dont la première partie fait 104 pages) est accentuée par le dessin au crayon de Christophe Gaultier, qui donne une impression de croquis pris sur le vif, d’une justesse et d’une modernité impressionnante.

Un futur classique.

Couleurs : Marie-Odile Galopin

Le mot de l'éditeur

L’Histoire en marche.

Et si la France sombrait dans une guerre civile sanglante opposant des groupuscules régionalistes ? Quelle serait notre attitude, comment agirions-nous ?

L’idée de départ de cette uchronie ne peut laisser quiconque indifférent, huit ans après la guerre au Kosovo. Et surtout pas un lecteur de bande dessinée, dès lors que les auteurs du livre, Jean-David Morvan, Sylvain Ricard et Christophe Gaultier se mettent en scène.

Sylvain Ricard
(petite interview)

Pourquoi scénariser Guerres Civiles à deux ?

Pour ce qui est de la proposition et de la décision, c'est une question qui revient de droit à Jean-David dans la mesure où c'est lui qui est venu me chercher. Cela dit, si l'idée aurait tout à fait pu être déclinée seul (ce qui était le cas au démarrage du projet, il me semble), Jean-David a trouvé plus intéressant de confronter nos caractères et nos possibles attitudes pour explorer plus intensivement les possibilités de dérive de l'histoire.

Comment se passe votre collaboration avec Jean-David Morvan, comment vous répartissez-vous les tâches ?

De façon résumée, nous avons réfléchi aux grandes lignes, à la structure de notre histoire, de manière à poser le squelette sur lequel faire évoluer nos personnages -presque- fictifs. À partir de cette trame sommaire, nous déclinons et écrivons tour à tour les pages que nous nous corrigeons mutuellement avant de les envoyer à Christophe (qui lui aussi donne son avis).

Tu as pu voir la guerre de près, au Liban en 1990. Est-ce que cette expérience ressort dans l’écriture de Guerres civiles ?

Pas vraiment dans le sens de l'expérience vécue. Il y a bien sûr des points communs mais d'une part, j'étais beaucoup plus jeune au moment de la guerre du Liban et d'autre part, il faut bien avouer que vivre une expérience de guerre et s'imaginer en vivre une autre n'a, au final, pas grand-chose à voir. Ne restent pour points communs que les traits principaux de ma personnalité, qui ne sont pas, il fait bien le reconnaître, faits que de qualités.

Tu crois que la France pourrait basculer dans votre réalité ?  

Sur un plan personnel, et pour ce qui est de l'immédiat (et des années à venir), j'ai du mal à l'imaginer. Mais l'expérience a montré, tout au long de l'histoire de l'humanité, qu'il n'y avait pas de système fiable et indestructible. Les plus grands empires (Ottoman, Romain, Egyptien...) et tous les systèmes (communiste, royaliste, féodal, capitaliste...) ont connu un jour leur chute, alors qu'à leur apogée, rien ne disposait à y songer. Pourquoi ne pas penser que la France n'y succombe pas un jour ou l'autre ? C'est arrivé il n'y a pas si longtemps dans des pays voisins... Le fait que Jean-David et moi ayons choisi l'option "régionaliste" peut être critiqué sur le fond et sur la possibilité imminente évidemment, mais nier la possibilité d'un tel désordre à l'intérieur de nos frontières, c'est nier en bloc l'histoire de l'humanité.

C’est quoi le pire : passer une soirée aux urgences ou manger des escargots réchauffés au four à micro-ondes ?

Je préfère manger des escargots réchauffés au four à micro-ondes et passer le reste de la soirée aux urgences pour intoxication alimentaire.
De cette façon, j'aurai moi aussi, enfin, une anecdote digne de ce nom pour amuser mes amis et, qui sait, le terreau nécessaire à l'écriture d'un formidable livre autobiographique.

Dessinateur :
Christophe Gaultier
Scénario :
Jean-David Morvan, Sylvain Ricard
Coloriste :
Marie-Odile Galopin
Éditeur :
Futuropolis
Collection :
non renseigné
Date de parution :
08 Mars 2007
ISBN-13 :
978-2754800402
Illustration :
Couleurs

Pas de commentaires

Egalement disponible en lecture complète sur digiBiDi.com ...