Stéphane Duval, Lionel Chouin, Pascal Bresson Jean-Corentin Carré, l'enfant-soldat, T1 : 1915 · 1916

(Pas d'évaluations)
Vous devez être connecté

Intégrer ce titre

À votre blog (Flash) : À votre site (iframe) : Besoin d'aide ?

Acheter la version papier :

Acheter sur Amazon.fr

Jean-Corentin Carré, l'enfant-soldat, T1 : 1915 · 1916

Jean-Corentin Carré, l'enfant-soldat, T1 : 1915 · 1916

1914. La guerre est déclarée. Jean-Corentin Carré veut partir à la guerre, mais il est trop jeune. Alors il va mentir, et devenir un héros. L’enfant soldat, le petit poilu du Faouët, le plus jeune soldat de la guerre.

Jean Corentin Carré est né le 9 janvier 1900, dans la commune du Faouët (Morbihan). Témoignant d’une certaine précocité intellectuelle, le jeune homme se montre plutôt doué pour les études. En 1912, son maître d’école le recommande au percepteur de sa ville, qui l’emploie comme commis aux écritures, une carrière d’employé de bureau, vite interrompue par la déclaration de guerre. Le père de Jean Corentin, mobilisé, part pour le front. Son fils veut le suivre, mais, à 14 ans, il est bien trop jeune et sa demande d’engagement volontaire est refusée.
En avril 1915, il annonce à ses parents sa décision de quitter la France pour l’Amérique Latine. Mais s’il quitte bien le Morbihan, c’est pour se rendre à Pau. Là, il se présente au bureau de recrutement, où il déclare s’appeler Auguste Duthoy, né le 10 avril 1897 à Rumigny, dans les Ardennes. Ce lieu de naissance n’est pas anodin. La ville de Rumigny étant située dans zone envahie, il est impossible aux autorités militaires françaises de contacter sa municipalité pour demander confirmation de l’état-civil du jeune homme. Ainsi dispensé de prouver son âge et son identité, Jean Corentin Carré est incorporé. Il est alors l’un des plus jeunes soldats de France, sinon le plus jeune. Il effectue son temps d’instruction militaire à la 29e compagnie du 410e R.I., dont le dépôt est à Rennes.
Son niveau d’instruction le destine tout naturellement à suivre le peloton des élèves caporaux. Toutefois, il n’est pas encore titulaire du grade lorsqu’il part pour le front, le 20 octobre 1915. C’est en Champagne qu’il découvre la guerre. Après un bref passage à Sainte-Menehould puis une période d’instruction à Sivry-sur-Ante, il prend les tranchées le 15 novembre dans le secteur du Mesnil-lès-Hurlus. Il ne pouvait rêver pires conditions pour un baptême du feu, l’enfer, les tranchées, les affrontements à la baïonnette, l’horreur. Depuis l’offensive de septembre, le secteur reste très agité. Le froid et la neige n’arrangent rien..

Coloriste : Jean-Luc Simon

Le mot de l'éditeur

Pascal Bresson est né en 1969 à Reims. Il vit actuellement en Bretagne. Depuis sa plus tendre enfance, il se passionne pour le dessin. C’est en découvrant les enquêtes de Ric Hochet dessinées par Tibet dans le journal «Tintin », qu’à 6 ans, il ambitionne de devenir un jour dessinateur. En 1994, il publie une histoire de cinq planches dans le journal « A Suivre » chez Casterman et de nombreuses histoires pour divers fanzines...
Il connaît un franc succès en 2000 avec la série Poulpia, la petite pieuvre écologique avec Brice Tarvel au scénario (Editions Coeur de Loup)... et c’est à cette époque qu’il devient ami avec le célèbre Nicolas Hulot. Sa plus grande joie, c’est de pouvoir faire ce métier avec passion et sincérité...

Stéphane Duval est né en 1970 à Rennes, gagne, à 16 ans, grâce au quotidien Ouest-France, une journée dans l’atelier de François Bourgeon.
Il réalise ses premières planches en 1988-89 pour le fanzine Atchoum - fanzine breton où l’on retrouve déjà David Chauvel et Erwan Fagès. Ses influences sont alors les maîtres du noir et blanc : Tardi, Comès, Munoz et Sampayo... En 2013, il rencontre Pascal Bresson qui lui présente son projet Jean-Corentin Carré, l’enfant-soldat.

Lionel Chouin, dessinateur et coloriste, vit à Rennes.
Après la création de son atelier Pépé Martini, il réalise, dans un style réaliste, pour Les Humanoïdes Associés, la série de science fiction Les Mémoires mortes et reprend ensuite chez Glénat la série les Morin Lourdel. Après sa rencontre avec le scénariste Tarek, il se lance dans le projet de la trilogie russe Le Tsar Fou (EP Editions). Il co-dessine le premier volume de la série Jean-Corentin Carré, l’enfant-soldat à paraître chez Paquet.

Dessinateur :
Stéphane Duval, Lionel Chouin
Scénario :
Pascal Bresson
Coloriste :
Jean-Luc Simon
Éditeur :
Paquet
Collection :
Mémoire
Date de parution :
10 sept. 2014
ISBN-13 :
978-2888906681
Illustration :
Couleurs

Pas de commentaires

Egalement disponible en lecture complète sur digiBiDi.com ...