Paco Roca L'Hiver du dessinateur

(Pas d'évaluations)
Vous devez être connecté

Intégrer ce titre

À votre blog (Flash) : À votre site (iframe) : Besoin d'aide ?

Acheter la version papier :

Acheter sur Amazon.fr

L'Hiver du dessinateur

L'Hiver du dessinateur

L’hiver du dessinateur est l’histoire d’un combat pour la dignité et la liberté ; une bataille perdue par un petit groupe d’artistes qui se battent pour être maîtres de leurs choix, de leurs œuvres et de leur destin.

Dans l’Espagne de la fin des années 50, les dessinateurs vedettes de la Editorial Bruguera, le plus important éditeur de bandes dessinées du pays, quittent la maison d’édition pour fonder une revue entièrement autogérée, Tio Vivo, dont ils sont à la fois propriétaires, directeurs éditoriaux et principaux auteurs.
Tout en étant parmi les créateurs plus brillants et populaires du moment, ils fuient l’oppressante tutelle de leur tout-puissant employeur qui les tient en l’état de simples tâcherons du dessin. Payés à la page, et le moins possible, ils doivent au demeurant céder leurs planches à l’éditeur, ne possèdent aucun droit moral sur leurs créations et ne perçoivent aucun droit d’auteur.
Ils ne sont pas seulement soumis aux contraintes de la censure franquiste mais, surtout, aux diktats émanant de la direction éditoriale, incarnée par l’intraitable Rafael González Martínez. Celui-ci leur impose ses choix en écartant tout projet qui n’entrerait pas dans sa ligne éditoriale mais il leur interdit aussi de travailler pour une maison concurrente.
Le rêve de liberté et d’autonomie de Tio Vivo ne dure pas longtemps.
La revue est d’emblée soumise à la pression de Bruguera, qui n’hésite pas à publier des magazines qui la concurrencent directement, à en saboter la distribution, pour enfin venir à bout de la résistance de ses fondateurs et la racheter quelques années plus tard.

Fruit d’un long travail d’enquête et de documentation, l’épopée de Tio Vivo est racontée avec une finesse et une fraîcheur remarquables.

Paco Roca, jeune dessinateur valencien, trace le portrait mélancolique d’un pays qui, à peine sorti de la guerre, commence à connaître l’euphorie de la société de consommation. Reflet de cette formidable transformation économique et sociale, Bruguera, petite maison familiale et refuge des persécutés du franquisme, va détenir en quelques années le monopole de l’édition de bande dessinée tout en exploitant sauvagement ses employés. Les dessinateurs de Tio Vivoincarnent alors cette partie de la société qui, une fois libérée de son extrême misère entame un nouveau combat pour sa liberté et ses droits.
Pétris de doutes et contradictions, de courage et de faiblesses, les personnages de Roca n’ont rien de manichéen. Brossés tout en nuances, ils donnent au récit une extraordinaire vitalité, bien au-delà de la simple évocation de l’âge d’or de la bande dessinée espagnole : à l’image du personnage de Rafael González Martínez, « l’homme au crayon rouge », ancien journaliste persécuté par le franquisme, devenu directeur éditorial tyrannique et chien de garde de la propriété de Bruguera.
Victime et complice des bourreaux, il est le symbole d’un peuple deux fois vaincu et incarne l’archétype de tous les « hommes au crayon rouge » contemporains.

L’hiver du dessinateur a été la seule bande dessinée retenue parmi les 50 meilleurs livres espagnols de 2010 par un jury de journalistes, critiques et libraires.
Il a aussi reçu les prix du meilleur album et du meilleur scénario à l’occasion de l’édition 2011 du Salon Internacional del Cómic de Barcelone. Paco Roca est né à Valencia (Espagne) en 1969. Il a commencé sa carrière de dessinateur comme illustrateur en ouvrant un studio de création publicitaire dans sa ville natale.
Parallèlement à son activité professionnelle, il s’est d’abord simplement intéressé à la bande dessinée avant que celle-ci ne devienne son autre principale activité. Il a publié Gog (La Cúpula, 2000), El juego lúgubre (La Cúpula, 2001), El Faro (Astiberri, 2007, publié en France par Six Pieds sous Terre sous le titre Le Phare), Hijos de la Alhambra (Planeta, 2007), Arrugas (Astiberri, 2007, publié en France par Delcourt sous le titre Rides), Las calles de arena (Astiberri, 2009, publié en France par Delcourt sous le titre Rues de sable), Senderos (Laukatu, 2009), Emotional World Tour (Astiberri, 2009, avec Miguel Gallardo), El Ángel de la retirada (Bang, 2010).
Il a travaillé à la réalisation d’un dessin animé tiré de Arrugas qui sort en salle en Espagne à la fin janvier 2012.

Dessinateur :
Paco Roca
Scénario :
Paco Roca
Coloriste :
Paco Roca
Éditeur :
Rackham
Collection :
non renseigné
Date de parution :
18 jan. 2012
ISBN-13 :
978-2878271447
Illustration :
Couleurs

Pas de commentaires

Egalement disponible en lecture complète sur digiBiDi.com ...