Grégory Mardon Sarah Cole : Une histoire d'amour d'un certain type

(Pas d'évaluations)
Vous devez être connecté

Intégrer ce titre

À votre blog (Flash) : À votre site (iframe) : Besoin d'aide ?

Acheter la version papier :

Acheter sur Amazon.fr

Sarah Cole : Une histoire d'amour d'un certain type

Sarah Cole : Une histoire d'amour d'un certain type

Par une soirée de désœuvrement, Paul s’arrête au Osgood’s bar. Il est abordé par une femme d’une quarantaine d’année, Sarah Cole. Cette mère de famille malheureuse est venue avec des collègues de travail boire un verre avant de retourner dans son triste foyer. Ils se revoient la semaine suivante. Tout sépare ces deux personnes, Paul est un beau gosse, avocat aisé. Sarah est manutentionnaire dans une imprimerie, malheureuse en amour, et franchement laide. Paul est pourtant apparemment séduit par cette femme, la détresse de Sarah le touche, et une relation s’installe. Mais est-ce vraiment de l’amour? Paul acceptera-t-il de sortir publiquement avec Sarah Cole? Où tout cela n’est-il pour lui qu’un petit jeu pervers?

Le mot de l'éditeur

Gregory Mardon s’attaque à un monstre de la culture américaine, Russell Banks. Avec Sarah Cole, il réussit brillamment l’adaptation d’un texte de ce génie de la littérature, comme l’avait fait avant lui Atom Egoyan avec De beaux lendemains, Grand prix du jury au festival de Cannes 1997.

- Qu’est-ce qui t’a donné envie d’adapter cette nouvelle de Russell Banks ?
J'avais lu cette nouvelle, il y a plusieurs années et elle m'avait aussitôt profondément marquée. Pour des raisons que j'ai encore du mal à réellement définir mais au vu des bandes dessinées que j'ai faites par la suite, elle résonne étonnement de par les thèmes que j'aborde, comme les relations entre les hommes et les femmes, l'incompréhension qu'il peut en résulter, la solitude, les rapports de domination et de pouvoir et la fascination étrange et malsaine de cet homme pour une femme qui n'est pas pour lui, ne serait-ce qu'à cause des pressions qu'exercent la société. Je ne l'ai pas adapté plus tôt car je pensais tout simplement que c'était impossible à cause des droits qui devaient être difficile à obtenir. Pourtant, quand j'en ai parlé à Sébastien Gnaedig et qu'il a entamé les démarches, les choses se sont enchaînées rapidement et facilement.

- Russell Banks est l’un des écrivains contemporains les plus important au monde. Il a été président du Parlement International des Écrivains. Est-ce que cette stature a été un poids pour toi ? N’as-tu pas craint qu’on se demande qui était ce dessinateur de BD français qui voulait s’attaquer à un tel auteur ?
Je n'ai pas ressenti la moindre pression en voulant adapter cette nouvelle. Elle me parlait tellement que je l'avais presque faite mienne. Je savais que Russel Banks était un écrivain de grande notoriété, mais je ne savais pas que c'était à ce point et j'ai été surpris qu'il soit si méconnu lorsque je disais que je travaillais sur l'adaptation d'une de ces nouvelles. Et puis, je suis un auteur peu connu et discret dans une discipline qui attire malheureusement peu l'attention.

Dessinateur :
Grégory Mardon
Scénario :
Grégory Mardon
Coloriste :
non renseigné
Éditeur :
Futuropolis
Collection :
non renseigné
Date de parution :
07 Mai 2010
ISBN-13 :
978-2754803380
Illustration :
Noir et blanc

Pas de commentaires

Egalement disponible en lecture complète sur digiBiDi.com ...