Roberto Ricci, Luc Brunschwig Urban, T3 : Que la lumière soit...

(Pas d'évaluations)
Vous devez être connecté

Intégrer ce titre

À votre blog (Flash) : À votre site (iframe) : Besoin d'aide ?

Acheter la version papier :

Acheter sur Amazon.fr

Urban, T3 : Que la lumière soit...

Urban, T3 : Que la lumière soit...

Monplaisir, gigantesque mégapole de 300 000 hectares sur deux niveaux d’accès, pouvant accueillir 18 millions de visiteurs quotidiens. Le plus grand parc d’attraction de la galaxie !
Mais Monplaisir n’attire pas que des visiteurs en mal de divertissement, de nombreux voleurs y viennent pour tenter leur chance. Et parce que tout se finit en jeu dans le parc, les arrestations sont filmées en direct et font l’objet de paris. Zachary Buzz, généreux et vaillant, vient justement d’intégrer la brigade d’élite des Urban Interceptors, qui combat les meurtriers de cette zone peuplée de vacanciers en goguette.
Une attaque terroriste de grande ampleur a laissé Monplaisir dévastée. La ville est détruite. L’alimentation électrique est saccagée, « les ennemis de Sodome » ont saboté tout le réseau. Zacchary veille la dépouille du jeune Neil Colton, victime innocente de son combat avec Antiochus Ebrahimi, tueur à gages sans scrupule. A l’extérieur de la Cité en ruines, la famille de Zach est défiée par ses propres robots d’entretien…
Dans le monde délirant et à priori sans contrainte de Monplaisir, les personnages sont en proie à des forces qui les dépassent. L’univers du jeu est effrayant, violent, démoniaque, et l’on s’y perd. Que va devenir Zacchary, l’homme bon, dans la capitale du jeu ? Aura-t’ il le pouvoir de lutter contre des puissances technologiques et des êtres vicieux, cruels et sans conscience des limites ?

Luc Brunschwig signe là une grande série d’anticipation, ciselant un scénario d’orfèvre, qui pointe les dérives de notre société.
Quant à Roberto Ricci, il donne corps et vie au monde d’Urban dans un style flamboyant et virtuose, qui n’est pas sans rappeler celui de Juan Gimenez, l’un de ses maîtres…

Le mot de l'éditeur

Luc Brunschwig a 47 ans et vit en Touraine.
Après des études de publicité, il s’associe à Laurent Hirn et publie en 1989 : Le Pouvoir des innocents, (5 tomes, Delcourt), thriller de politique fiction où son approche du monde et sa lecture des problématiques sociales affleurent. Sensible aux techniques narratives d’Alan Moore ou Hitchcock, il scénarise pour Futuropolis des séries ambitieuses, imaginant des personnages forts quasi réels : Le sourire du clown avec Laurent Hirn, et Holmes avec Cecil.

Roberto Ricci a 38 ans et vit en région parisienne.
Il grandit entouré de musiques, d’images et de bandes dessinées, notamment Moebius et Juan Gimenez. Une tendinite chronique l’empêchant de continuer ses études de piano, il intègre alors l’école internationale de bande dessinée de Rome.

  • 2003 Les Âmes d’Hélios, sur un scénario de Philippe Saimbert (Delcourt).
  • 2011 Urban, tome 1, avec Luc Brunschwig (Futuropolis).
Dessinateur :
Roberto Ricci
Scénario :
Luc Brunschwig
Coloriste :
Giovanna Niro, Roberto Ricci, Manolo Linares
Éditeur :
Futuropolis
Collection :
non renseigné
Date de parution :
17 sept. 2014
ISBN-13 :
978-2754809955
Illustration :
Couleurs

Pas de commentaires

Egalement disponible en lecture complète sur digiBiDi.com ...